Dialogue social coopératif

Le renforcement de la participation est une des priorités de Smart. Celui-ci passe bien sûr par différentes actions et notamment tenir les prochaines élections sociales en France et en Belgique en 2020.

Ces élections sociales présentent pour nous un enjeu majeur : la participation et la représentation de la diversité des travailleur∙euses aux instances de représentation du personnel, actuellement réservées aux travailleurs∙euses mutualisé∙es ou aux sociétaires en CDI.

Au-delà du cadre réglementaire auquel Smart en tant que structure employeuse se tiendra, nous nous devons d’innover pour permettre au plus grand nombre de membres de se présenter aux élections, voter et participer. L’objectif est de construire et de faire vivre un dialogue social coopératif.

Bien que nous ayons souhaité rapprocher les temporalités et la mise en œuvre, les modalités seront différentes en France et en Belgique. La démarche se déroulera en 2 parties : une première partie s’appuyant sur les obligations légales aura lieu en 2020. Celle-ci sera prolongée d’une seconde partie début 2021 pour élargir la représentativité des travailleur∙euses membres de Smart. Plus d’infos dans le calendrier.

En France et en Belgique, la représentation s’organise au sein d’unités de travail cohérentes au sein du groupe coopératif Smart. Ces regroupements (UTE en Belgique : Unité technique d’exploitation, UES en France : Unité économique et sociale) permettent de rendre accessible la représentation de manière unifiée aux travailleur∙euses issu∙es de toutes les structures juridiques de Smart. Plus d’infos dans la rubrique dédiée.

Le souhait est d’avoir l’éventail le plus large de représentation et la meilleure représentativité pour travailler de manière adaptée aux conditions de travail de chacun·e (égalité professionnelle, handicap, formation, carrière, compétences, risques psychosociaux…) . Différentes parties prenantes sont impliquées dans la démarche : la structure employeuse, l’équipe mutualisée et leurs  actuel∙les ou futur∙es représentant∙es, les travailleurs∙euses intermittent∙es, en contrat court et en contrat long et les organisations syndicales. La représentation du personnel pour quoi ?

Le cadre légal peut paraître limitant pour bien organiser la représentation dans une organisation comme la nôtre. L’approche des catégories en Belgique ou des collèges en France laisse à la fois de la place à l’interprétation et fige aussi des « familles » de travailleur·euses qu’il n’est pas toujours souhaitable de mettre en avant. Au-delà de ces classements, le corps électoral, la possibilité de voter, d’être élu·es et de le rester semblent parfois complexe – quand cela ne devient pas impossible – lorsque l’on a un rythme de travail discontinu qui s’appuie sur des contrats courts.

Il est donc nécessaire de réaliser deux démarches pour permettre de représenter plus de situations de travail existantes et les considérer dans les chantiers à venir :
s’adapter aux cadres légaux et y mettre le sens nécessaire pour ne pas se perdre dans des catégorisations qui ne nous correspondent pas
élargir les possibilités de participation par le vote, l’élection et la possibilité de contribuer à des chantiers thématiques

Nous sommes tou∙tes concerné∙es par la construction du dialogue social coopératif et chacun∙e a un rôle à jouer. Tout le monde sera sollicité∙e en 2020, cependant tout le monde ne sera pas sollicité∙e de la même manière ni au même moment en fonction de son contrat, son ancienneté et le lien avec Smart. Vous recevrez plus d’informations au fur et à mesure de la démarche.

Si vous êtes dès maintenant intéressé∙es, pour vous impliquer, être mis en relation avec d’autres personnes intéressées ou avoir plus d’informations, une adresse de contact pour cela : dialoguesocialcooperatif@nullsmart.coop