A quoi servent ces contributions mutualisées ?

Le financement collectif de l’entreprise partagée est assuré par des contributions mutualisées issues des activités économiques hébergées dans Smart par ses sociétaires.

Smart et ses sociétaires ont fait le choix d’un mécanisme de financement solidaire et égalitaire, quel que soit l’intensité ou l’ampleur d’usage par chacun.e des outils de l’entreprise partagée.

Ces outils peuvent être répartis en deux catégories et six domaines :

La catégorie productive – Les outils et services mutualisés

Dans le domaine déclaratif : facturation, comptabilité, déclarations sociales et fiscales, TVA, documents sociaux, etc. Ce domaine est quasiment intégralement automatisé et l’essentiel de nos coûts informatiques lui sont dédiés.

Dans le domaine du risque et du financement : garantie de trésorerie, récupération de créances, auto-assurance des activités contre les clients faillis, financement interne des besoins en investissement, assistance juridique, etc.

Dans le domaine des moyens de production partagés : domaine en cours de développement mais qui comprend déjà les tiers-lieux et autres locaux mis à disposition des activités, ainsi que la formation professionnelle dédiée aux sociétaires et aux salariés.

Dans le domaine de l’accompagnement : plus d’une centaine de conseiller·ères proposent un accompagnement de proximité.

La catégorie des moyens généraux

Le domaine de l’administration générale : gouvernance (direction, administration déléguée, secrétariat général, secrétariat des sociétés, Conseils d’administrations, publications légales, etc.), vie coopérative (les AG, les groupes participatifs, l’éducation permanente, l’information, etc.), la communication, les études, recherche et développement, la gestion du personnel,…

Le domaine du facility management, qui gère l’ensemble des moyens liés à l’infrastructure, aux équipements, à la sécurité, et … aux postes de travail.

 

La première catégorie, dite « productive », dépend pour ses coûts, des activités exercées par les sociétaires : la croissance de celles-ci a pour effet assez mécanique d’accroître également ces coûts.

La seconde catégorie, elle, reste relativement neutre par rapport à l’évolution de ce volume d’activités.

Les ressources mutualisées représentent 16% du chiffre d’affaire de la coopérative. La catégorie productive (les outils collectifs) consomme 12% soit trois quarts des ressources mutualisées et la catégorie des moyens généraux  4% seulement.