Se lancer dans un parcours artistique

Une étude de Collectif sous la direction du bureau d’études de l’Association professionnelle des métiers de la création-Smart

Cette publication collective coordonnée par le Bureau d’études de Smart tente de cerner un moment clé de l’identification professionnelle de l’artiste : celui où il entre dans une vie artistique socialement attestée. S’il y est question de « parcours » plutôt que de « carrière » artistique, c’est pour éviter l’illusion de progression constante qui pourrait être induite par le second terme. Comme le note Eric Lauwers dans son avant-propos, loin d’être rectiligne, le parcours de l’artiste s’avère en effet le plus souvent « cahoteux, jalonné d’étapes intermédiaires, de doutes existentiels, de crises économiques et financières, et de mille et une compétences acquises par la force des choses ».

Quatre questions balisent l’ouvrage et déterminent son organisation :

  • Comment devient-on artiste ?
  • Connaître le contexte pour mieux se lancer ?
  • Quelles aides pour se lancer dans un parcours artistique ?
  • L’entrée dans le parcours professionnel, une période décisive ?

La première partie déploie la question de l’acquisition des compétences nécessaires pour entamer un parcours artistique: entre formation scolaire et autodidaxie, les chemins qui mènent à la pratique soutenue d’un art sont multiples et parfois tortueux.

La seconde partie est consacrée aux aides permettant de « se lancer ». Elle met en perspective les politiques publiques et les institutions (privées et publiques) qui subventionnent la création dans trois pays : la France, la Belgique et les Pays-Bas.

La troisième partie se focalise sur cette période de transition qui va de la formulation, par l’artiste, de son désir de vivre d’une pratique artistique à l’insertion plus ou moins aboutie dans le champ des métiers de la création. Elle essaie de cerner en quoi l’entrée dans le parcours professionnel  peut être considérée comme une période décisive.

Pour développer durablement son parcours, il est impératif que l’artiste se connaisse lui-même mais qu’il connaisse également le contexte institutionnel, politique, économique, juridique, historique, etc. dans lequel il va s’inscrire. Cette question du contexte fait l’objet de la quatrième partie de l’ouvrage.

On trouvera ici le sommaire intégral et ici la présentation des auteurs.

Se lancer dans un parcours artistique mêle approches théoriques, enquêtes, informations pratiques et témoignages (émanant d’artistes comme le plasticien Frédéric Plateus, les comédiennes Julie Nathan et Sophie Vanhulst, le photographe Nick Hanne… et de responsables institutionnels comme Caroline Mierop, directrice de l’École nationale supérieure des arts visuels de La Cambre, ou Benoît Vreux, directeur du Centre des arts scéniques). L’ensemble permet de cerner par touches successives la manière dont se construit une identité d’artiste. En filigrane transparaît l’idée que le parcours artistique s’apparente à un apprentissage permanent où rien n’est jamais acquis.

Nous republions dans ce dossier plusieurs études issues de cet ouvrage, qui est disponible dans toutes les bonnes librairies :

A consulter :

  • Divers articles sont disponibles sur le site Culture de l ’Université de Liège.
  • Vincent Seveau, « Association professionnelle des métiers de la création (dir.), Se lancer dans un parcours artistique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 20 mai 2014.
  • Le blog d’Amylee , Les 4 phases du parcours artistique.


Dernières analyses