Le démarrage du parcours d’artiste ou de travailleur de la création : une sinécure ? Définition, déterminants, motifs

Une étude de Anne Dujardin et Louis-Henri Volont

Le bureau d’études de  Smart a entamé une  recherche sur les parcours professionnels dans les métiers de la création, à partir de la base de données des membres de l’association.

L’objectif de cette étude est double :

  • identifier les facteurs qui déterminent ces parcours ou trajectoires et les stratégies mises en œuvre par les artistes et travailleurs de la création pour exercer leur activité dans la durée (diversification des activités, réseautage, ajustement des aspirations, etc.) ;
  • établir une typologie de ces parcours en fonction notamment de l’évolution des revenus, du volume ou de la continuité de l’activité.

Le présent article pose le cadre de cette réflexion autour des parcours des artistes et travailleurs de la création : à quoi correspondent ces trajectoires ? Quels en sont les moteurs et les freins ?

Quand on s’efforce de cerner les déterminants principaux d’un parcours durable en tant qu’artiste, on met en évidence différents paramètres, qui vont de la recherche d’authenticité à l’importance des réseaux, de l’obtention de subsides à la diversification des compétences, du facteur chance à l’influence de la politique culturelle.

Nul ne peut prédire la réussite d’un parcours professionnel dans les métiers de la création, mais ce qu’on peut affirmer avec certitude, c’est que le début du parcours n’est pas une sinécure.


Dernières analyses