L’édito de Caro

Je ne vous apprends rien : les cotillons et autres dindes aux marrons sont derrière nous, place aux bonnes résolutions !

Un premier constat s’impose à nous, les conseillers : depuis quelques mois désormais, vous, les membres (surtout vous, les nouveaux), vous débarquez à nos bureaux avec des projets plus novateurs et différents les uns que les autres. By the way, on vous appelle désormais les « porteurs de projets », et nous les « accompagnateurs ».

C’est une évolution dans notre petit monde du 2, Quai des Tanneurs : on connaissait presque par cœur les musiciens, les jongleurs, les photographes, les ingés-son, les peintres et les animateurs, et voici que viennent à nous des bio-énergéticiens, des chefs congolais, des maîtres en reiki, des jardiniers, des consultants, des traducteurs jurés en mandarin, des thérapeutes psychocorporels et j’en passe.

On trouve ça passionnant car, même si on est un peu déstabilisés et aussi parfois un peu débordés (parce que, du coup, ça en attire, du monde chez Smart !) ,notre motivation à accompagner un maximum de projets du mieux qu’on le peut ne fait que grandir.

Souvent quelques questions nous taraudent la nuit (les 90 pages du règlement de la Région wallonne pour les chambres d’hôtes ne sont pas encore digérées, pour ma part), on a besoin de davantage discuter entre collègues liégeois et autres (on s’est formés à la prise de décision collective, pour le coup), et même, des fois, on doit passer en commission spéciale « cas particuliers » pour savoir si on se jette à l’eau avec vous ou pas…

On espère en tout cas que les anciens, les moins anciens et les nouveaux, vous vous sentez toujours autant écoutés, entendus (c’est pas pareil) et accompagnés par notre équipe plus si petite  que ça (qui, d’ailleurs, verra dès février Anicée se lancer dans une aventure parisienne d’un an et bientôt débarquer une nouvelle tête pour la remplacer). On espère aussi que vous savez tout ou presque de ce grand processus d’ouverture et de démarche participative qu’est Smart in Progress : si non, vous tenez maintenant votre résolution n° 1 pour 2016 !

Sur ce, on vous présente nos vœux les plus chaleureux pour l’année nouvelle et on espère vous croiser le plus souvent possible, dans et hors du bureau !