Qui est David Leloup ?

photoleloup_0833En ce premier trimestre 2016, l’actualité de David Leloup est double. En voilà un qui ne s’est pas reposé pendant les fêtes de fin d’année !

Tout d’abord, son premier film documentaire « A Leak in Paradise » vient d’être diffusé au Parc et est sélectionné au FIPA ; ensuite, le second numéro de Médor (qui n’a toujours pas de muselière) sera dans les bacs mi-mars.

Quand j’ai demandé à David Leloup de me parler de son parcours, j’aurais dû lui préciser que, contrairement à lui, je ne fais pas ce que l’on peut appeler du « deep-journalisme » : je n’ai pas le temps (je dois valider tes notes de frais avant le 31 janvier), je n’ai pas l’espace (325 signes) et, en plus, à force de rédiger des éditos, j’ai pris l’habitude de parler de moi.

David Leloup donc. Il a 42 ans, est né à Verviers, il a 2 enfants et un emploi du temps très chargé. Il admire les gens qui se battent pour leurs idées et vont au bout des choses. Plutôt cohérent pour un mec qui pratique le journalisme de fond.

Bien qu’il ait toujours aimé la lecture, l’écriture et l’envie de mener des enquêtes lui sont venues sur le tard, après sa licence en Psychologie et son travail d’assistant à l’UCL – qu’il a quitté pour étudier le journalisme à l’ULg.

À partir de là, il a bossé à la RTBF (notamment pour l’émission télé Matière Grise), pour le magazine Imagine, pour Corporate Europe Observatory, Le Soir, Le Vif-l’Express, Le Monde, Le Temps et Marianne Belgique dont il est parti à l’automne 2014.

La suite, on en a déjà parlé plus haut…

Le point commun entre ces multiples expériences: l’intérêt pour l’information et la communication au travers d’enquêtes approfondies.

À « liberté de la presse », il répond : « auto-censure » ;

À « Smart » : « une rustine sur un système qui dysfonctionne » ;

À « bonnes résolutions » : « travailler moins » ;

À « Liège » : « dynamisme ».

medorCe que l’on peut lui souhaiter pour 2016? Gagner plus de sous ! Alors les gars, n’hésitez plus, abonnez-vous à Médor : https://medor.coop