11 et 12/12 – 24 heures du travail : l’autonomie dans la solidarité, pourquoi et comment?

Débats - 16/11/2017

Le monde du travail industriel s’effrite, des morceaux du glacier tombent dans l’océan et disparaissent inexorablement de notre vue. Mais d’autres îles apparaissent, de nouveaux archipels du travail doivent être cartographiés.

 

** English version **

Des propositions sont sur la table et des expérimentations sont en cours. Parfois pour le pire mais regardons aussi les meilleures : celles qui poursuivent l’horizon historique du mouvement ouvrier, en faveur de plus de solidarité et d’autonomie des travailleurs face au capitalisme, celles qui appellent aussi à plus de démocratie et au respect des ressources naturelles.

Ces 24H DU TRAVAIL s’adressent à un public diversifié : membres utilisateurs et travailleurs permanents de SMart, chercheurs, acteurs de l’économie sociale et solidaire, représentants syndicaux, militants associatifs…

Inscrivez-vous!

 

Au programme

11/12 – 18:00>19:00 

Accueil et apéro dînatoire

 

11/12 – 19:00>19:30 

Introduction et présidence

Par Isabelle Ferreras (FNRS / U. Louvain-CriDIS) & Sandrino Graceffa (SMart)

 

11/12 – 19:30>21:30 

D’où venons-nous? : Valeurs et conquêtes des mobilisations des travailleurs 

La sécurité sociale a été construite sur une idée simple et puissante : chaque citoyen doit être assuré de vivre dignement. Historiquement pourtant, le bénéfice du système de protections dont bénéficient les salariés est conditionné à l’abandon de leur autonomie au travail en faveur de l’employeur.

Avec  Paul Hermant (CESEP / Acteurs des temps présents),  Benjamin Coriat (U. Paris 13 / Economistes Attérés), Nicolas Latteur (CEPAG – FGTB), Pierre-Paul Van Gehuchten (U. Louvain-CRIDES / avocat) et Pascale Vielle (U. Louvain-CIRTES)

12/12 – 9:00>18:00 

Où en sommes-nous ? Urgence des enjeux et complexité de la situation actuelle

Aujourd’hui, de nombreuses pratiques prennent distance avec l’idée et les dispositifs de subordination au travail. Dans le même temps, les travailleurs buttent contre l’incapacité des institutions consolidées durant les années 1950-1970 à assurer leurs moyens matériels d’existence. Ces transformations contemporaines seront discutées par Pierre Ledecq (CSC), Eric Buyssens (FGTB), Annalisa Murgia (Leeds University), Martine Azam (U.Toulouse 2), Christophe Degryse (ETUI), Isabelle Berrebi-Hoffmann (CNRS / CNAM) et Isabelle Daugareilh (CNRS / U. Bordeaux).

Où allons-nous ? Quelles expérimentations démocratiques au travail?

Ensuite, nous tenterons de répondre à la question suivante : comment faire droit aux aspirations à leurs autonomie des travailleurs sans mettre en péril leurs conditions matérielles d’existence et en renforçant les liens de solidarité ? Pour nous aider à problématiser cette question, nous articulerons les interventions de Suzanne Capiau (avocate / ULB), Delphine Houba (Collectif Roosevelt.BE),  Valerio De Stefano (U. Leuven), Federico Puletti et Francesco Brancaccio (Chaire de recherche contributive, MSH Paris Nord), Philippe Defeyt (Institut pour un Développement Durable), Benjamin Coriat (U. Paris 13 / Economistes Attérés),  Olivier Leberquier (SCOP TI / CGT), Isabelle Ferreras (FNRS / U. Louvain-CriDIS) et Michel Bauwens (P2P Foundation).

Ces 24h du travail seront conclues par les interventions de Dominique Méda (U. Paris-Dauphine/IRISSO) et Paul Hermant (CESEP / Acteurs des temps présents).

Des débats avec le public seront proposés lors de chaque session.

 

–Traduction simultanée en anglais–

Téléchargez le programme complet

 

 

Inscrivez-vous!

Rejoignez-nous les 11 et 12 décembre 2017!

Accès : SMart, rue Coenraets 72,  1060 Saint-Gilles

Plus d’infos : bos@nullsmartbe.be

 

Cet événement est organisé dans le cadre d’une enquête menée par Julien Charles (CESEP/U. Louvain), Isabelle Ferreras (FNRS/U. Louvain) et Auriane Lamine (U. Louvain) sur les pratiques et prospectives du travail démocratique, à partir des expérimentations en cours dans la coopérative SMart.

Cette recherche s’articule au projet Institutional Experimentation for Better Work, coordonné par le CRIMT (Centre de recherche interuniversitaire sur la mondialisation et le travail à l’Université de Montréal).